Basilique de Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

Je crois

Ce samedi et ce dimanche, 128 jeunes des paroisses de notre Secteur Pastoral et de l’Institut du Sacré-Cœur font leur profession de foi. Ce dimanche entre l’Ascension et la Pentecôte est un beau moment pour « professer sa foi ». C’est le temps de la foi : le Christ a disparu aux yeux des disciples. Ils vont croire sans voir. Il reste aux apôtres le beau cadeau de la confiance.
Pendant trois jours, les jeunes de 5e ont réfléchi et ils ont prié. La maison du Mesnil à Longpont était une belle ruche. Qui connaît le travail de la grâce de Dieu dans le cœur de ces enfants qui grandissent ?
Timides ou convaincus, dans la paix ou dans l’inquiétude, ils vont affirmer leur foi. Ils vont redire ces mots précieux : « JE CROIS ».
La foi n’est pas comme un jardin secret à préserver des intempéries. Plus on l’exprime, plus elle grandit. Si elle ne se dit pas, elle s’étiole…
Que pouvez-vous faire pour tous ces jeunes ? Pas grand-chose, direz-vous, on les connaît à peine.
Il est vrai que beaucoup d’entre eux n’ont guère usé les bancs de nos églises. Et pourtant je suis sûr qu’ils ont besoin de votre soutien, de vos encouragements et, il faut y croire, de votre prière.
Et puis il serait bien surprenant que vous n’ayez jamais l’occasion d’en côtoyer l’une ou l’autre. Leurs familles vivent près de chez vous, alors pourquoi ne pas oser leur parler ?
Entraînez-les dans votre liberté de croyants ! Faites-leur découvrir la joie de se rassembler en Église, la joie de l’eucharistie !
Vendredi après-midi sur la prairie de la basilique, tandis qu’ils écrivaient chacun leur « lettre à Dieu », fruit de leur retraite, beaucoup de jeunes de 5e ont été touchés par la prière silencieuse des priants qui adoraient le Seigneur dans la chapelle de la Vierge. Sans le savoir, ces « adorateurs du Vendredi » leur ont témoigné de la présence du Ressuscité.
À notre tour, à notre façon, exprimons notre foi !

Père Frédéric Gatineau
Mai 2011